L'Algerie , un pays a connaitre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Algerie , un pays a connaitre

Message  mimouni le Jeu 26 Déc - 14:37

la République algérienne démocratique et populaire, abrégée en RADP en arabe الجمهورية الجزائرية الديمقراطية الشعبية, en tamazight Tagduda tamegdayt taɣerfant tazzayrit, est un État d’Afrique du Nord qui fait partie du Maghreb. Sa capitale, Alger, est située dans le Nord, sur la côte méditerranéenne. Doté d'une superficie de 2 381 741 km2, c'est à la fois le plus vaste pays d'Afrique10, du monde arabe et du bassin méditerranéen

source wikipedia
avatar
mimouni
Admin

Messages : 29
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 73
Localisation : Maroc

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Algerie , un pays a connaitre

Message  mimouni le Jeu 26 Déc - 14:41

Le president algerien: Abdelaziz Bouteflika


Abdelaziz Bouteflika remporte l'élection présidentielle de 1999 avec 73,8 % des suffrages et devient le cinquième président de la République algérienne démocratique et populaire le 27 avril 1999 et ministre de la défense le 5 mai 2003. Il est réélu dès le premier tour lors des élections présidentielles de 2004, avec 85 % des voix, et de 2009, avec 90,2 %. Lors de cette dernière, il est le candidat du Front de libération nationale (FLN), dont il est le président d'honneur depuis le 28 janvier 2005. En novembre 2013, il est désigné candidat du FLN pour l'élection présidentielle de 2014
avatar
mimouni
Admin

Messages : 29
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 73
Localisation : Maroc

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le drapeau Algerien

Message  mimouni le Jeu 26 Déc - 14:46

Le drapeau Algerien

avatar
mimouni
Admin

Messages : 29
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 73
Localisation : Maroc

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Algerie , un pays a connaitre

Message  mimouni le Jeu 26 Déc - 14:54

L'armée Algerienne:
Le pays vise a faire de son armée la première force sur le continent Africain et parmis les meilleurs du monde.
L'Algerie produit des véhicules blindés et des bateaux pour la marine armée
Le véhicule blindé en Algérie





L’Armée Nationale Populaire (ANP) investi dans le secteur économique. Pour satisfaire ses propres besoins d’abord, mais également à ceux du marché national. Elle est présente sur la scène économique nationale à travers quatre entreprises : le Groupement de promotion de l’industrie mécanique (GPIM) dont le siège se trouve à Constantine, l’Etablissement d’habillement et couchage (EHC) à Alger, l’Etablissement de développement de l’industrie de véhicule (EDIV/Tiaret) et l’Entreprise des réalisations industrielles de Seriana (l’ERIS). L’ERIS a pour vocation principale la fabrication de munitions, de grenades et mines antichars. Elle fabrique cependant des pièces de rechange à usage général et fournit le secteur de la santé en appareillages comme les fixateurs orthopédiques et autres appareils paramédicaux. Ces entreprises qui emploient 10 000 travailleurs civils constituent les tremplins des prises de participations dans les entreprises du secteur économique.

25.000 travailleurs d’ici cinq ans

Avec pour objectif d’atteindre 25 000 travailleurs au terme des cinq années à venir (6 000 actuellement), l’ANP se trouve dans la dimension des plus grands groupes industriels algériens. L’Armée a pris récemment des parts dans sept complexes publics de textiles qui forment désormais l’Entreprise algérienne des textiles industriels et techniques (EATIT) dans laquelle l’Etablissement d’habillement et de couchage (EHC) (entreprise appartenant à l’armée), est majoritaire avec 60 % des actions. Elle compte, selon des déclarations du directeur des fabrications militaires au Ministère de la défense, le général-major Rachid Chouaki, exporter le surplus de production. «Nous avons reçu comme orientation d’investir dans le domaine des matières premières stratégiques pour notre armée. Nous sommes fiers d’avoir relancé des unités qui étaient condamnés à disparaitre. Nous œuvrons à améliorer la qualité de nos approvisionnements, la mise en place de nouveaux textiles, de reprendre des parts de marchés et, éventuellement d’exporter nos produits. Nous devons intégrer les tissus synthétiques dans notre chaine de production et aussi les colorants. Ce sont des chantiers pour le moment.», a-t-il indiqué.

De fait, l’armée, qui a relancé l’usine de chaussures de Boussaâda en 2009, a repris cette année les complexes textiles de Batna, Bejaia, Draa Ben Khedda (Tizi Ouzou), Tlemcen (Sebdou), Souk Ahras et de M’Sila. Elle a assumé les dettes accumulées des dites entreprises et a entreprise de renouveler leurs équipements. Une vraie démarche d’investissement. Le complexe de Draa Ben Khedda, à titre d’exemple, a coûté à l’armée 173 milliards de centimes (15 millions d’euros environ). Dans le détail, l’armée a dû assumer 90 milliards de découvert bancaire, 46 milliards de dettes auprès de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNAS) et 37 milliards de dettes fiscales.

35 millions d’euros pour la formation en mécanique

Dans le domaine de la mécanique, les premières productions sous le label Mercedes-Benz sortiront des usines de l’ANP dès le premier semestre 2014. Elles seront livrées non seulement pour ses unités opérationnelles mais elles approvisionneront aussi le marché. Un partenariat a été conclu entre le ministère de la Défense nationale (MDN), le constructeur allemand Daimler, propriétaire de la marque Mercedes-Benz et le Fonds d’investissement émirati AABAR pour la réalisation de trois projets industriels à Rouïba (Alger), à Ain Bouchekif (Tiaret) et à Oued Hamimime (Constantine). Une joint-venture a été créée pour conduire lesdits projets. Détenue à 51 % par l’EDIV/Tiaret et la SNVI et à 49 % par AABAR, elle travaillera avec le constructeur allemand Daimler (AABAR est actionnaire à hauteur de 5 % dans le capital de Daimler), comme partenaire technologique. Pour la formation dans les métiers de la mécanique, l’armée a par ailleurs investi 35 millions d’euros. Un véritable «plan Marshall» inclut dans un contrat de 210 millions d’euros passé en 2011 avec le géant allemand de l’industrie de la défense Rheinmetall pour la livraison de 54 véhicules blindés de transport des troupes (Fox). L’investissement vient en appoint à celui d’un milliard d’euros (93 milliards de DA) mobilisé par l’Etat dans le cadre du partenariat avec AABAR et Daimler. De par ce partenariat, l’armée aspire à devenir un «champion» national pour conduire la locomotive du développement de la filière mécanique et vise à atteindre un taux d’intégration de 30% durant les cinq premières années d’entrée en production de ces projets. L’armée devrait ainsi fabriquer 15 000 cars, bus et camions/an sous la marque Mercedes Benz au niveau de son site de Rouïba, mis à la disposition de la joint-venture par la Société nationale des véhicules industriels (SNVI), 8 000 véhicules utilitaires par an sur le site d’Ain Bouchekif (Tiaret) et de 25 000 moteurs par an au site d’Oued Hamimime (Constantine).
source:*
click to see
avatar
mimouni
Admin

Messages : 29
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 73
Localisation : Maroc

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

carte Algerie

Message  mimouni le Jeu 26 Déc - 15:06

carte Algerie

avatar
mimouni
Admin

Messages : 29
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 73
Localisation : Maroc

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Algerie , un pays a connaitre

Message  mimouni le Jeu 26 Déc - 15:11

L'Algerie est riche en gisement petroliers et gaziers mais aussi de l'Uranium en vue ...


L’Algérie a pour ambition de devenir un pays stratégique pour l’industrie nucléaire civile. Pour cela, elle cherche à connaître les capacités de ses gisements d’uranium et préparer leur exploitation en prévision du lancement d’un programme de construction de centrales nucléaires pour la production d’électricité. Le pays se dotera d’une centrale nucléaire tous les cinq ans après sa première dont l’acquisition est prévue en 2020. C’est ainsi que huit gisements d’uranium sont actuellement ouverts à la prospection et/ou à l’exploitation. L’Agence nationale du patrimoine minier (ANPM) poursuit sa politique d’appel d’offres pour la délivrance de titres miniers (prospection et exploration) sur le domaine algérien en lançant, l’une de ses plus importantes opérations portant sur 20 sites d’or et d’uranium situés à Tamanrasset et à Illizi.
Cependant, il faut reconnaître qu’il ne serait pas judicieux pour l’Algérie d’ouvrir tous ses gisements en uranium aux étrangers. Pour le moment, notre pays gagnerait à sauvegarder ses ressources uranifères, sur lesquelles lorgnent toutes les puissances du monde durant cette période de crise. L’uranium est un produit stratégique qui implique que les États cherchent à en contrôler l’accès. C’est un bien qui, du fait que c’est une ressource épuisable et de la localisation spatiale des réserves, génère des rentes. Ce qui implique que le prix payé sur le marché diffère souvent du coût d’accès à cette énergie. Il est reconnu par tout le monde que ce minerai (uranium) est un produit stratégique et que la quantité exploitée doit rester secrète. Or, si l’on autorise les entreprises étrangères à venir exploiter nos champs, le secret sur les réserves et les capacités de production deviendra celui de Polichinelle. Certes, le ministre de l’Énergie a déjà révélé les réserves d’uranium de l’Algérie estimées, selon lui, à près de 30 000 tonnes.
De quoi alimenter deux centrales nucléaires de 1 000 mégawatts durant une soixantaine d’années. Mais on n’en est pas encore là. Pourquoi l’on s’entête et on s’empresse à exploiter dès maintenant les gisements de l’uranium alors que le projet de centrale nucléaire n’est prévu qu’à partir de 2020 ? Ces réserves devraient être laissées en héritage aux générations futures. Au moins elles trouveront de quoi faire face aux prochaines difficultés qu’elles rencontreront à l’avenir. Car, personne n’est en mesure de s’exprimer sur la durée de vie des ressources en hydrocarbures. Le pétrole et le gaz sont actuellement exploités avec des équipements utilisés à plein régime. Et à ce rythme, rien ne présage d’une longévité de ces ressources. Au moins, nos enfants pourront faire valoir cette alternative, cette autre future richesse qu’est l’uranium. La demande mondiale en énergie est en forte hausse et le prix de l’uranium est passé de 15 à 80 dollars le kilo en l’espace de quatre ans. Elle le sera encore davantage dans les années à venir. L’offre en uranium est largement inférieure à la demande en ce moment. Mieux, la Chine veut faire passer son parc de 40 millions de kilowatts d’électricité à plus de 75 millions en 2020. Ce pays va chercher par conséquent à sécuriser ses approvisionnements futurs en uranium. Il a annoncé vouloir se constituer des stocks stratégiques d’uranium et vouloir prendre des participations dans des minières stratégiques. Notons qu’à la date d’aujourd’hui, aucun pays africain n’est entièrement maître de ses matières premières.
Chaque fois qu’ils manifestent un certain patriotisme et expriment le vœu de devenir, maîtres de leurs ressources, des moyens ont été mis en œuvre par les puissances économiques et par les sociétés de ces États pour les mettre au pas, parfois en usant de la force. Les cas sont très nombreux. La rébellion, pour ne citer que cet exemple, sévit toujours au Mali, dans le Sud algérien, au Niger, au Tchad, au Soudan. Par pur hasard, ce sont ces régions où les pays occidentaux savent depuis longtemps qu’il y a beaucoup de pétrole et de richesses minières… Les accords portant sur l’exploitation de l’uranium dans le tiers- monde ont un constat identique. D’abord, ces pays africains ne bénéficient d’aucun retour financier suffisant.
Ces pays propriétaires n’ont pas de contrôle sur le développement de l’exploitation notamment le rythme (d’exploitation) des mines. Et généralement, il n’existe pas de lien avec le reste de l’économie du pays détenteurs de cette ressource. Autre constat est non des moindres est l’absence de contrôle sur les effets sanitaires et écologiques de l’extraction et du traitement du minerai. Toutefois, la décision prise par l’ANPM obligeant le prochain exploitant étranger à accorder à Sonatrach une participation minimum de 15% dans le capital de la société de droit algérien qui sera créé dans le cas de l’exploitation du gisement, est à encourager.

Badreddine KHRIS
avatar
mimouni
Admin

Messages : 29
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 73
Localisation : Maroc

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Algerie , un pays a connaitre

Message  mimouni le Jeu 26 Déc - 15:14

Une bombe atomique Africaine ? elle sera Algerienne




«L'Algérie a, si elle le veut, les moyens de produire son arme atomique en 36 à 46 mois.» Cette déclaration est de Farid Benyahia, docteur en relations internationales diplomatiques, qui a animé, hier, une conférence-débat au forum du quotidien El Moudjahid sur «l'impact de l'utilisation de la nanotechnologie sur les systèmes d'information et la guerre électronique». Selon lui, l'Algérie dispose de l'infrastructure nécessaire (le réacteur d'Aïn Oussara) bien avant le Pakistan - qui est aujourd'hui une puissance nucléaire - et l'Iran qui cherche à le devenir.

«Ce qui nous manque, c'est la volonté politique», relève-t-il. Les priorités des autorités, «pour le moment», sont d'après lui l'amorce d'un développement économique hors hydrocarbures, l'investissement dans les énergies renouvelables et la sécurité intérieure du pays. M. Benyahia défend l'option du nucléaire en ce sens que les engins atomiques constituent une arme de dissuasion contre toute attaque militaire étrangère directe.

Dans le cas de l'Algérie, «il faut un changement de politique, des finances et des compétences». «Les puissances nucléaires ne se sont jamais fait la guerre», fait-il observer.

Le conférencier fait aussi part d'un débat chez les stratèges de l'armée algérienne sur la nécessité de s'équiper plutôt de matériel léger mais doté de haute technologie plutôt que de continuer à acquérir un arsenal lourd. «L'Algérie est la première puissance de feu à l'échelle africaine», indique-t-il.

L'invité du forum d'El Moudjahid plaide pour un système de défense militaire basé sur l'acquisition des nanotechnologies et l'encouragement de la recherche dans ce domaine en favorisant surtout l'apparition des thinks thanks (laboratoires d'idées) regroupant des experts qui produisent des études et des propositions diverses.

Les nanotechnologies sont au croisement de plusieurs disciplines scientifiques comme l'électronique, la mécanique, la chimie et la biologie ; elles manipulent des objets d'une taille de l'ordre du nanomètre (un milliardième), une unité beaucoup plus petite que le centimètre. «Les responsables algériens manquent de visibilité en matière de nanotechnologies et de guerre électronique», estime M. Benyahia.

Les capacités de l’Iran dans la guerre électronique
Pour illustrer «la guerre électronique» en cours dans le monde, qui est à son avis celle des mathématiciens, des électroniciens et des informaticiens - alors que la Première Guerre mondiale était celle des chimistes et la seconde celle des physiciens, il donne un exemple d'une brûlante actualité vécu au Moyen-Orient.

En effet, les Gardiens de la révolution iranienne ont annoncé, le mercredi 4 décembre, l'interception d'un drone américain RQ-170 Sentinel en mission d'espionnage au-dessus du pays pour le compte de la CIA. Appelé aussi «la bête de Kandahar», ce magnifique bijou électronique a quitté une base militaire en Afghanistan pour une mission de reconnaissance, avant d'être forcé d'atterrir en territoire iranien.

Selon Téhéran, cette prise de guerre a été réalisée par un détournement conduit par des spécialistes de la guerre électronique, à travers une intrusion dans le système de guidage GPS du drone. Les Iraniens révèlent avoir intercepté auparavant six autres drones espions, quatre appartenant aux Israéliens et deux aux Américains.

La Maison-Blanche, reconnaissant cette perte, exige la restitution de la «bête de Kandahar» et parle «d’incident technique» pour expliquer cette mésaventure. Cela n'a pas convaincu les spécialistes qui s'interrogent sur le fait que les Américains n'ont pas prévu un système d'autodestruction en cas d'interception du drone.

Un ancien officier de la CIA, tout en mettant l'accent sur la capacité défensive et de renseignements de l'Iran, a souligné que la perte du drone était une bonne leçon pour Washington pour ne pas sous-estimer la capacité de l'Iran. Selon lui, cette interception avait comme message pour l'armée américaine d'être plus prudente et de savoir que la capacité défensive de l'Iran est beaucoup plus que les autorités américaines s'imaginent.

Cet épisode ne signifie pas que les deux pays se situent au même niveau de développement technologique. «Les Iraniens malgré l'embargo international, sont arrivés à un niveau de décryptage très avancé. Dans le domaine scientifique, tout se vend et tout s'achète avec quelques difficultés à surmonter.

Cela demande un haut niveau de renseignement. Je pense que les Iraniens ont acquis une certaine matière technologique de manière informelle et une autre de manière formelle.

C'est une réalité», explique M. Benyahia. Intervenant lors du débat, l'expert international en économie, Mebarek Malek Serraï, s'est dit surpris d'entendre un ami de longue date, un homme qui a fait campagne à l'est du pays, en 2005, en faveur du référendum sur la paix et la réconciliation nationale, développer un discours en faveur du nucléaire, entendu comme un soutien aux manières fortes dans le règlement des relations internationales.

L'intéressé réplique qu'il souscrit pleinement à l'idéal de la paix mais qu'il y a une réalité sur le terrain qu'il faut voir de face. Sa religion est faite : «Il faut être fort pour imposer la paix.»

Source:*
avatar
mimouni
Admin

Messages : 29
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 73
Localisation : Maroc

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Algerie , un pays a connaitre

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum