President Bouteflika, le Mandela du Maghreb ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

President Bouteflika, le Mandela du Maghreb ?

Message  serbakane le Mer 19 Nov - 10:31

President Bouteflika, le Mandela du Maghreb ?




OUI , il aurait pu l'etre, mais dommage.
Qu'a t il donc ce Marocain devenu Maghrebin puis president Algerien , qu' a t il donc contre ce Maroc qui l'a vu naitre, qui  l'a formé et constitué en personnalité alors qu'il est de famille l'une des plus modeste du Maroc.
Qu'a t il contre ce Maroc qui l'a toujours respecté lui; ses siens et leurs biens a oujda, leur passé ?

La verité est que l'on ne peut répondre car, Mr bouteflika, a notre avis n'a jamais été capable de perndre des décisions tout seul,.
En algerie l'armée ou plutot les generaux veillent et controlent tout et tous ....
je ne cite pour preuve que l'assassinat de leur president  
Mohamed Boudiaf 
assassiné le 29 juin 1992 à Annaba

serbakane

Messages : 51
Date d'inscription : 01/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: President Bouteflika, le Mandela du Maghreb ?

Message  serbakane le Mer 19 Nov - 10:43

Au mois de Septembre 2014, et malgré sa convalecence, le president Bouteflika s'est rendu compte qu'il avait perdu deux decennies sans exercer son pouvoir qui vise a développer le pays et le citoyen Algerien .... finalement nettoie son entourage et fait limoger les 13 generaux et hauts reponsables qui ont toujours dirigés le pays a sa place ......


Algérie : “Les 13 sa******” écartés par Bouteflika
http://www.algerie-focus.com



13 hauts responsables de l’Etat ont été limogés par le Président Bouteflika. Ils sont généraux, conseillers à la Présidence, chefs des régions militaires, directeurs et sous-directeurs à la Présidence ou chefs de cabinet. Bref, tous des dirigeants qui ont longtemps pesé sur la vie politique et décisionnelle algérienne. Ces “13 sa******”, en référence au célèbre film américain “les Douze Sa*****”, ont occupé pendant des années des hautes fonctions dans l’armée ou à la Présidence. Leur départ s’apparente davantage à une amère sanction qu’à un ordinaire remaniement motivé par des considérations administratives.

Dégagés, ces dirigeants sont donc victimes d’une vaste opération de “déblayage” enclenchée par le Chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika. Une opération qui témoigne des contradictions politiques qui déchirent actuellement le régime algérien. Un régime tiraillé entre une volonté de changement pour s’adapter à la nouvelle conjoncture régionale et internationale, et l’ambition tenace de maintenir le statu-quo.

Mais qui sont finalement ces 13 personnalités écartées du pouvoir? D’après le Journal officiel numéro 47, trois d’entre elles sont “mises à la retraite”, mais les autres sont tout simplement éjectées des affaires de l’Etat sans aucune justification. Presque toutes ces personnalités ont joui d’une influence assez importante dans la gestion des affaires politiques, parmi lesquelles la plus emblématique reste, bien évidemment, le Général-Major Mohamed Touati, qui occupait jusqu’alors le poste de conseiller pour les affaires de Défense auprès du Président de la République.

La Présidence a également mis fin aux fonctions de Saïd Bouchair, conseiller juridique auprès du Président de la République, ainsi qu’à celles de Ahmed Amine Kherbi, également conseiller spécial au Palais de la Mouradia, et de Ali Driss, chargé de mission à la Présidence. Au niveau de l’armée, Bouteflika a apporté également des changements majeurs. Il a ainsi limogé le Général-Major Rachid Zouine, chef de cabinet de l’ex-ministre délégué auprès du ministre de la défense nationale, le Général-Major Youcef Medkour, chargé de mission auprès du de l’ex-ministre délégué auprès du ministre de la défense nationale, le Général Abdelkader Aouali, chef d’Etat-Major de la garde Républicaine, le Général Abdelkader Benzekhroufa, chef d’Etat-Major de la 1ère région militaire, ainsi que le Général Saïd Ziad, chef d’Etat-major de la 5ème région militaire. Quant aux trois personnes poussées à la retraite, il s’agit de Mme Yamina Ramdani, directrice d’études à la Présidence (Secrétariat général du Gouvernement), M. Tayeb Derguine, et Mme Leila Taleb-Hacine, tous les deux sous-directeurs de la même institution.

Concernant les nouveaux entrants, le Général Noureddine Haddad a été nommé chef d’Etat-Major de la 1ère région militaire, et le Général Khelifa Ghaouar chef d’Etat-Major de la 5ème région militaire. Soulignons enfin que la Présidence de la République n’a nullement expliqué ou justifié ces mises à l’écart ou ces nouvelles nominations.

Les personnalités écartées :

- Général-Major Mohamed Touati, conseiller pour les affaires de Défense auprès du Président de la République

- Saïd Bouchair, conseiller juridique auprès du Président de la République

- Ahmed Amine Kherbi, conseiller spécial auprès du Président de la République

- Ali Driss, chargé de mission à la Présidence de la République

- Le Général-Major Rachid Zouine, chef de cabinet de l’ex-ministre délégué auprès du ministère de la Défense nationale

serbakane

Messages : 51
Date d'inscription : 01/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: President Bouteflika, le Mandela du Maghreb ?

Message  serbakane le Mer 19 Nov - 10:45

Difficile de voir le president bouteflika sans les generaux !!!






serbakane

Messages : 51
Date d'inscription : 01/05/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: President Bouteflika, le Mandela du Maghreb ?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum